MESSAGE DE L’ABBÉ AUGUSTIN OLENGA

Chers frères et sœurs,

En cette solennité de l’Assomption,nous nous tournons vers Marie avec une confiance immense, avec la ferme certitude qu’elle nous écoutera. Marie, en effet, resplendissante de gloire, se montre à nous comme signe de consolation et d’espérance sûre, comme nous l’enseigne le Concile Vatican II (cf. LG 68).

Pourquoi cette exaltation de Marie tout au long de l’histoire du catholicisme ? Pourquoi, au XIXe siècle, l’Église a-t-elle éprouvé le besoin de définir solennellement l’Immaculée Conception de Marie, et au XXe siècle, de préciser officiellement comme vérité de foi le dogme de l’Assomption de la Vierge ? C’est que Marie est apparue comme la figure de l’Église. Comme Marie, en effet, l’Église est chargée de mettre le Christ au monde. Et comme Marie, l’Église est en route vers son « assomption » dans la gloire éternelle de Dieu. Comme Marie, elle doit accueillir la Parole et lui donner chair. Bref, en Marie, l’Église regarde sa mission et son avenir.

De l’annonciation, où Marie accepte de devenir la mère de Jésus, au Calvaire, où le Christ lui confie son disciple, la maternité de Marie connaît une croissance qui atteint son sommet, puisque la mère de Jésus devient la mère des croyants.

La foi de Marie a dû surmonter d’énormes obstacles, et c’est justement pour cela qu’elle est, en fin de parcours terrestre, « assumée » par Dieu. Le destin terrestre de Marie doit être pour nous aujourd’hui source et gage d’espérance. Nous aussi, personnellement, et toute l’humanité collectivement, sommes promis à pareille « assomption » par Dieu. Marie ne fait que nous devancer, comme un prototype.

Certes, nos corps connaîtront la corruption du tombeau, mais, par-delà la mort il y a l’univers de la résurrection. La création tout entière, actuellement, gémit en proie aux douleurs de l’enfantement, mais c’est pour qu’advienne un jour l’homme nouveau. L’Assomption de Marie dit l’Assomption de l’humanité. Puisse notre Mère céleste , en ce temps d’incertitudes et d’inquiétudes toujours grandissantes, nous ouvrir la route vers l’espérance et la confiance en son Fils Jésus – Christ, notre Seigneur.

 

BONNE FETE DE L’ASSOMPTION DE MARIE

 

Augustin Olenga